Comment fonctionne l’imposition d’une location saisonnière ?

La location saisonnière rejoint la catégorie des locations meublées. À ce titre, elle est déclarée et imposée comme « BIC », ou bénéfices industriels et commerciaux, et non comme revenus fonciers. Ces bénéfices peuvent quant à eux relever de deux régimes déclaratoires différents : le régime forfaitaire ou le régime réel. Chacun des deux régimes vous permettra de calculer la partie de revenus locatifs ensuite réintégrée dans vos revenus de l’année pour être imposés. Le montant de l’impôt lui-même dépendra de l’ensemble de vos revenus et de votre tranche d’imposition. À noter qu’en cas de sous-location saisonnière, les règles sont les mêmes !


Vous pouvez être exonéré sur votre location saisonnière si :

  • l’ensemble de vos revenus locatifs sur l’année ne dépasse pas 760€,
  • et si vous louez une ou plusieurs pièces de votre habitation principale comme chambre d’hôte, à un prix raisonnable. Attention, ces « limites raisonnables » ne sont pas laissées à la libre appréciation, des plafonds sont publiés chaque année. En 2019, ils étaient fixés à 187€ par an et par mètre carré hors charges en Île-de-France, 138€ dans le reste du pays.

Les deux régimes d’imposition pour les revenus des locations saisonnières

Les locations saisonnières se divisent en deux catégories pour le régime fiscal : les locations classiques et les locations classées, qui bénéficient d’un régime plus avantageux. Les « classées » incluent les gîtes ruraux classés, les meublés de tourisme classés et les chambres d’hôtes. Les locations classiques, tous les autres.

1. Le régime forfaitaire pour les locations saisonnières

Ce régime est automatiquement attribué lorsque les recettes ne dépassent pas un certain seuil. Il s’agit du plus courant pour les particuliers et surtout, du plus simple à gérer : un abattement forfaitaire censé inclure l’ensemble des frais et charges liés à la location saisonnière est appliqué à la somme totale de vos revenus locatifs, pour calculer la somme imposable restante.

  • Pour une location classique : le régime forfaitaire vous est automatiquement attribué si vos recettes ne dépassent pas 72 600€ par an. Vous bénéficiez alors d’un abattement de 50% : seule la moitié des recettes de votre location saisonnière sera imposée.
  • Pour une location classée : le régime vous est automatiquement attribué si vos recettes ne dépassent pas 176 200€ par an. Vous bénéficiez alors d’un abattement de 71% : 29% des recettes de votre location saisonnière seront imposées.

> Déclarez sur le formulaire 2042 C PRO, case 5ND

2. Le régime réel pour les locations saisonnières

Ce régime vous permet de déduire vos frais réels, plutôt que par un abattement forfaitaire. Plus précis, il permet par exemple de déduire les charges de propriété et de gestion au prorata de la durée de location : intérêts d’emprunts, amortissements… Il est en revanche plus complexe et impose la tenue d’une comptabilité détaillée, d’autant qu’il n’est avantageux qu’à partir d’un certain pourcentage de frais et charges déductibles. Il est automatiquement attribué à partir d’un certain seuil de recettes annuelles, ou sur demande au service des impôts. Si vous l’envisagez sans y être obligé, mieux vaut généralement calculer sa pertinence en fonction de vos recettes et de vos frais avant de faire la demande.

> Déclarez sur le formulaire 2042 C PRO, case 5NG

  • Pour une location classique : le régime réel vous est automatiquement attribué si vos recettes dépassent 72.600€ par an. Si vous l’envisagez malgré tout, faites vos calculs : il est considéré comme rentable si l’ensemble de vos frais et charges déductibles représentent plus de 50% de vos recettes.
  • Pour une location classée : le régime réel vous est automatiquement attribué si vos recettes dépassent 176 200€ par an. Là encore, si vous l’envisagez malgré tout, faites vos comptes : sous ce seuil, le régime ne vaut la peine que si vos frais et charges déductibles représentent au moins 71% de vos recettes locatives.

Pour aller plus loin : https://www.impots.gouv.fr/portail/particulier/location-meublee

L'application qui simplifie la vie des loueurs de courte durée