Airbnb, le géant de la location saisonnière

Entièrement dédié à la location saisonnière, Airbnb est le site de référence pour les propriétaires et gestionnaires louant un bien comme pour les voyageurs en quête d’un logement de vacances. Difficile de faire l’impasse, il vous faudra y déposer votre annonce, d’autant que celle-ci est gratuite et sans abonnement, qu’il s’agisse de lister une propriété entière ou une chambre chez l’habitant. Le listing existant couvre plus de 190 pays dans le monde et inclut tous les types de biens : bateau, cabane dans le jardin, tiny house, roulotte, maison, appartement ou chambre partagée, tout est possible.

Conçu pour simplifier les démarches des propriétaires, il permet d’atteindre un public international très varié, même sans expérience de la location saisonnière. Le système d’avis est d’ailleurs à double sens, permettant aux hôtes de laisser un commentaire sur leurs invités, ou guests, mais aussi de consulter ceux laissés à leur sujet par d’autres hôtes. Chaque hôte est ainsi libre d’accepter ou de refuser une demande de réservation. Si les commissions étaient historiquement basses pour les propriétaires avec une part des frais imputée aux locataires, elles tendent de plus en plus à se rapprocher de celles des concurrents.

Booking.com, le numéro 1 des professionnels

Si Booking.com n’est pas le site de référence pour la location saisonnière, c’est qu’il n’est pas spécialisé : principale concurrente d’Airbnb, la plateforme inclut à la fois les locations saisonnières entre particuliers et les prestations hôtelières, drainant par conséquent une clientèle différente. Internationale, cette clientèle spécifique est habituée aux standards des hôtels et exige généralement un niveau d’accueil supérieur. Booking ne permet de déposer d’annonce que pour des logements complets et s’adresse à des prestations de location plus professionnelles, mais s’avère souvent tout aussi incontournable pour les habitués.

À noter que le site ne permet pas de laisser d’avis sur les clients, là encore dans une logique plus proche de celle des professionnels de l’hébergement touristique. L’une de ses autres particularités est que toute réservation est automatiquement validée sous réserve de disponibilité, contrairement à Airbnb qui vous laisse la possibilité d’accepter ou de refuser chaque demande. Un gain de temps selon certains, un risque selon d’autres.

Abritel, le pionnier de la location saisonnière

Marque du groupe HomeAway récemment devenu Vrbo et filiale d’Expédia, Abritel se présente comme l’un des pionniers de la location saisonnière avec plus de trente ans d’ancienneté. Sa renommée s’avère son plus bel avantage, d’autant qu’une annonce publiée sur Abritel est automatiquement visible sur les autres sites du groupe HomeAway, notamment Homelidays, une autre plateforme de location saisonnière.

En comptant les 190 pays dans lesquels exerce l’une des filiales HomeAway, ses sites permettent de toucher plus de 44 millions de voyageurs par mois. Et si Abritel affiche une image moins « branchée » qu’Airbnb, la marque reste très connue des vacanciers français, ciblant des tranches d’âge plus avancées et un public plus familial, à la recherche de locations économiques plutôt qu’exclusives. Enfin, en tant que propriétaire ou gestionnaire de biens, vous pourrez opter pour une formule d’abonnement ou de commissions, au choix.

Leboncoin, le français gratuit

Avec la gratuité comme argument, Leboncoin séduit de nombreux propriétaires de biens en locations saisonnière. Pour bénéficier d’une bonne visibilité, il est toutefois nécessaire de souscrire à un pack payant garantissant la remontée de l’annonce et un plus grand nombre de photos. Les services sont également moins fournis que chez les spécialistes du genre, mais la simplicité et l’image de proximité de la plateforme permet notamment l’accès à une cible française, plus locale. Ce, pour des biens variés, depuis la dépendance de ferme jusqu’à la maison normande.

TripAdvisor, le poids lourd méconnu

La faiblesse de TripAdvisor est d’être plus connu pour ses avis touristiques que pour ses offres de location saisonnière. Sa force est de voir passer plusieurs centaines de millions de clients potentiels chaque mois, de proposer plusieurs centaines de milliers d’annonces de locations de vacances et de posséder plusieurs autres plateformes de location saisonnière à travers le monde, comme Flipkey aux États-Unis, Holidaylettings au Royaume-Uni ou Housetrip en France, permettant une visibilité internationale presque imbattable pour qui ne s’appelle pas Airbnb. Le site propose d’ailleurs la formule de réservation sur demande classique d’Airbnb aussi bien que l’option instantanée favorisée par Booking, les commissions variant en fonction des options.

Faut-il cumuler les plateformes de location saisonnière ?

Si Airbnb, Booking, Abritel et TripAdvisor sont les plateformes les plus connues et les plus utilisées, c’est qu’elles attirent à elles seules l’immense majorité des locataires saisonniers. Le principe est simple, les plateformes les plus connues génèrent plus de trafic, or plus de trafic implique par ricochet plus de réservations. Il en existe pourtant d’autres, moins ergonomiques, plus spécialisées ou moins connues, qui drainent moins d’audience : Wimdu, Seloger Vacances, Amivac, Gîtes de France, PAPvacances, ParuVendu, Altraveo, Morning Croissant, Roomlala… Si le choix vous parait compliqué, simplifiez-le en évitant un cumul trop important.

Pour la majorité des propriétaires et gestionnaires de locations saisonnières, une sélection de deux à quatre plateformes adaptées à leur bien et à leur cible suffit ainsi à assurer un taux de remplissage plus que satisfaisant. D’autant que la gestion de quatre plateformes en simultané s’avère déjà suffisamment chronophage, en particulier pour ceux qui n’ont pas choisi de centraliser les calendriers via un logiciel spécialisé. Adaptez simplement la sélection à votre clientèle : par exemple, Airbnb, Booking et TripAdvisor pour une location citadine à la clientèle plutôt internationale, ou Airbnb, Abritel et Leboncoin pour une location rurale à la clientèle plutôt nationale.

Si vous en avez le temps ou la possibilité et avec l’aide d’un outil adapté, vous pouvez malgré tout choisir de multiplier les plateformes, voire d’en ajouter certaines pour toucher une cible plus restreinte, mais plus précise. Altraveo est par exemple une référence pour les voyageurs allemands, Gîtes de France pour les connaisseurs du concept, Wimdu pour des voyageurs en quête de petits prix, Roomlala pour de très petites surfaces. N’oubliez pas, toutefois, que les plateformes gratuites sont rares et que les commissions prélevées varient. Pour éviter l’empilement des frais, surveillez les conditions de souscription et renvoyez autant que possible vers votre site de réservation en direct. Si vous n’en avez pas, vous pouvez en obtenir un gratuitement avec le logiciel Triptic.

L'application qui simplifie la vie des loueurs de courte durée